Une musique douce prit place dans le rêve de Mathilde. C’était au départ si léger qu’elle n’en avait même pas conscience. Au fur et à mesure, elle se fit plus forte, comme si elle était en soirée, elle lui donnait envie de danser. Mais elle continua sur sa lancée et devint bruyante, dérangeante. Toujours en train de rêver, elle plaqua ses mains sur ses oreilles. Jusqu’à ce qu’elle se rendit compte que c’était en réalité son réveil. Elle ouvrit grand les yeux et eut pour première vision sa table de chevet, en gros plan, avec son téléphone qui jouait la même chanson tous les matins. Elle coupa le son et se retourna sur son oreiller.